Une nouvelle unité spécialisée de la Police Nationale Congolaise (PNC) pour lutter contre les violences de tout genre

Dans le souci de lutter contre la hausse de violences sexuelles liées au genre et des abus sur les enfants à travers le pays, l’Etat Congolais, par le truchement de la Police Nationale Congolaise, a mis sur pied une nouvelle unité, placée sous le commandement du commissariat de toutes les provinces de la République. Unité spécialisée de la PNC, le Groupe de Protection de l’Enfant et Prévention des Violences Sexuelles (GPEPVS) a pour mission de prévenir et lutter contre les violences basées sur le genre, protéger l’enfant contre toutes formes de violences et d’abus.

A Kinshasa, le GPEPVS est dirigé par le Commissaire supérieur Mimi BIKELA. Mère de 3 enfants, elle est licenciée en communication sociale de l’IFASIC et évolue dans la police nationale depuis 19 ans.

police art2.jpg

A en croire le Commissaire BIKELA, par violences sexuelles, on entend le viol, le harcèlement sexuel, les violences au travail et les violences verbales. Pour parvenir à ses objectifs, cette unité organise des campagnes de sensibilisation afin de faire connaître à la population kinoise l’importance de la culture de la dénonciation des violences sexuelles et des maltraitances sur les enfants. Ces campagnes se font dans les écoles, sur les places publiques ainsi que dans les médias. Pour le numéro 1 de cette unité, la protection de l’enfant concerne aussi les enfants dits de la rue, de même que la protection contre les violences sexuelles ne concerne pas seulement les femmes mais aussi les hommes.

Les actions menées en faveur de personnes victimes de viols sont diverses selon la spécificité de chaque cas. Pour les enfants maltraités par exemple, la présence d’un adulte est obligatoire. A défaut de celui-ci, la présence des assistants sociaux ou des avocats n’est pas exclue. Un enfant reconnu en faute sera orienté au tribunal pour enfants où il sera décidé de sa condamnation ou non. Pour les adultes, hommes ou femmes, des mécanismes d’accompagnement sont mis en place pour les assister.

Au-delà de l’appui du gouvernement à travers le Ministère de la Justice, cette unité spécialisée peut compter sur l’appui de plusieurs organisations internationales à l’instar de l’Union européenne, l’ONU-Femme et la Coopération allemande qui a d’ailleurs financé les travaux de construction de son nouveau bâtiment. Rappelons que le Groupe de Protection de l’Enfant et Prévention des Violences Sexuelles existe dans l’Est du pays depuis 2002 et à Kinshasa il y a trois ans. Il est installé à l’Inspection Provinciale de la Police de Kinshasa et au camp Lufungula au croisement des avenues des huileries et Itaga dans la commune de Lingwala.

Ferha NTUMBA

Please follow and like us:
0

?>