PDPC : les parties prenantes satisfaites au Kongo Central

Une mission de supervision composée des experts de la Banque  mondiale, de la Coordination du Projet et du Gouvernement provincial séjourne depuis le 5 février dans la province du Kongo Central. Objectif, évaluer les avancées réalisées et repérer les faiblesses afin de les contourner pour atteindre les objectifs assignés au Projet de Développement de Pole de Croissance Ouest  (PDPC).

Après la présentation des civilités au Gouverneur de province dès son arrivée à Boma le 7 février 2018, la mission de supervision s’est entretenue avec les parties prenantes, question d’avoir leur feedback sur l’avancement du Projet. Ce, avant la visite, à une vingtaine de km de Boma, de l’unité de transformation du manioc de la fondation NSIMBA NZINGULA dans le territoire de Moanda. Question d’appréhender les liens de coopération entre les acteurs dans les chaines de valeur.

Afin d’examiner les propositions de collaboration entre les coopératives et les sociétés COD ainsi que le financement des acquisitions des plants des palmiers par les paysans, l’équipe de supervision a tenu, le 8 février, une grande réunion avec la société COD et quelques organisations paysannes, y compris les représentants des banques de la place.

Un jour après, soit le vendredi 9 février, la mission a mis le cap sur Tshela en passant par le pont Lukula qui s’est écroulé il y a quelque mois causant plusieurs morts. Pendant ce temps, les dispositions sont entrain d’être prises pour la réhabilitation de l’ouvrage. A Singini, à une dizaine de km de Tshela, la mission a eu des échanges fructueux avec deux coopératives, producteurs d’huile de palme qui bénéficient de l’encadrement du PDPC à travers l’organisation néerlandaise du développement (SNV), ce avant des constater l’avancement des travaux de construction de la ligne électrique de Lunga-Vasa-Moenge.

Partout où il est passé, Amadou Oumar Ba, représentant du bailleur de fonds et Chef du Projet au niveau de la banque mondiale, s’est dit satisfait des réalisations du Projet. «  Si quelqu’un était voyant et qu’il devient aveugle après il retrouve la vue, cette personne saura faire la différence entre les deux réalités  », a t-il indiqué. Cela veut dire que ceux qui ont vécu la situation d’avant dans cette partie du territoire national sont les mieux placés pour évaluer eux-mêmes les avancées significatives réalisées par le Projet, particulièrement en ce qui concerne les routes.

Mêmement pour les coopératives de producteur du manioc à Lufutoto, où la mission s’est rendue pour palper du doigt les progrès réalisés dans le processus de la mise en place des coopératives.

Apres toutes les visites et échange, la banque mondiale et la coordination du projet se sont dites très satisfaits des progrès réalisés sur terrains. Débutée le 5 février, la mission de supervision va se clôturer le 14 février 2018. Signalons que la mission de supervision a assisté à la remise officielle des pistes rurales et des ponts construits dans le cadre du Projet.

Belinda IDIAKAMBA

Please follow and like us:
0

?>