Mieux penser PPP en RDC

La République Démocratique du Congo est en train de se doter d’une législation sur le partenariat public privé (PPP). Ce dernier est de plus en plus à la mode. Voilà pourquoi les pouvoirs publics trouvent que le financement par le privé des infrastructures routières, électriques et autres allège le budget de l’Etat. Les privés quant à eux profitent des infrastructures pour procéder aux investissements rentables.

Des exemples suivants des PPP en RDC peuvent être cités : le contrat de gestion et d’entretien de la Route Nationale n° 1 (péage Kinshasa-Matadi, la construction et l’exploitation du barrage pour la fourniture d’électricité dans la ville de Tshikapa au Kasaï , le financement, l’installation et l’exploitation d’une centrale solaire dans la ville de Kananga au Kasaï central. Un autre PPP est en préparation à savoir la concession, la réhabilitation et la gestion des ports de Matadi-Kinshasa et du chemin de fer Matadi-Kinshasa.

Ces différents partenariats connaissent des fortunes diverses. Les deux premiers semblent marcher. Le troisième connait des difficultés. Le quatrième quant à lui est encore au niveau du processus de sa conclusion. Quoiqu’il en soit, la principale cause des problèmes rencontrés dans la gestion des PPP se situent au niveau de la faiblesse plutôt de l’inexistence des études de faisabilité. Pour ce faire, un choix fort doit être fait par les pouvoirs publics qui décident de rentrer dans une démarche des PPP. Il est vrai que les impératifs d’exigence de satisfaction des besoins sociaux poussent à la célérité. Cependant, cette dernière ne peut être préférée à la qualité. Prendre le temps qu’il faut pour les études de faisabilité est donc un gage de succès.

Aussi, les capacités des équipes chargées de la conduite du montage doivent-elles également être à la hauteur des enjeux. Ainsi, les autorités ne doivent pas se limiter à la seule confiance. Les compétences techniques multidisciplinaires (génie civil, droit, économie, environnement etc.) et surtout éthiques sont des atouts majeurs. Après tout, il s’agit d’un mariage à long terme (5 50 ans).

Dans la perspective du partenaire privé en revanche, la sécurité juridique constitue un préalable fondamental. Elle se traduit notamment par la stabilité légale, règlementaire et des engagements contractuels. Dans ce cas, le rôle de la distribution de la justice est aussi prépondérant.

Il s’agit juste d’une prise de conscience même parcellaire de la question des exigences posées par le recours aux PPP. Ils sont tout de même loin d’être une panacée. Néanmoins, bien utilisé, les PPP peuvent efficacement aider à satisfaire les besoins sociaux de base.

Pour rappel, les principaux domaines des PPP sont l’éducation, la santé, les transports, l’énergie, les télécommunications et l’environnement. Les opportunités d’affaires attractives de ces derniers sont l’exploitation forestière, agro-industrielle, minière et des hydrocarbures. Et notre pays n’en est pas dépourvu.

Guy KABEYA MUANA KALALA
Secrétaire Exécutif
Groupe de Réflexion et d’Echanges sur les Marchés publics en RDC, GREM a.s.b.l.

 

Please follow and like us:
0
Tags:  ,

?>