Lutte contre le VIH/SIDA en RDC, des progrès considérables ont été réalisés

sida-art1

Le 1er décembre de chaque année, l’humanité célèbre la journée mondiale de lutte contre le VIH/SIDA. Thème retenu pour cette année : « levons-nous la main pour la prévention du VIH ». A cette occasion, le Ministère de la Justice, Droits humains et Garde des Sceaux, a organisé une journée portes ouvertes dans les installations du Ministère.

Dans son speech, le Ministre Alexis Tambwe Mwamba a affirmé que le Gouvernement de la République a fait, depuis longtemps, de la lutte contre cette pandémie, son cheval de bataille à travers la mise en place d’une série de structures et programmes de lutte contre la maladie.

Pour le patron de la Justice congolaise, des directives et observations générales des traités et résolutions de la Commission des droits de l’homme ont contribué à clarifier la nature des obligations étatiques et les contenus de certaines lois par rapport au VIH. Cependant, beaucoup a été fait et beaucoup reste à faire, a noté le Ministre Tambwa Mwamba. Pour plus d’efficacité des actions, le Ministère a mis sur pieds un point focal dans le but de renforcer la réponse du secteur de la justice à cette pandémie du Sida et s’approprier la lutte contre toutes les formes de discrimination en vue d’améliorer l’accès à la santé pour tous.

Selon le Point focal droits humains VIH au Ministère, Madame José Mujinga Bimancha, son rôle consiste à voir à examiner les textes juridiques du pays afin d’éviter des lois préjudiciables pour les personnes vivant avec le VIH/Sida, poussant ces derniers à vivre dans la clandestinité par crainte de discrimination et de stigmatisation.

S’agissant des résultats que doit atteindre le Point focal droits humains VIH, ce dernier mène plusieurs activités à savoir, la vulgarisation de loi n°08/011 du 14 juillet 2008 portant protection des droits des Personnes Vivant avec la VIH (PVV) et les personnes clés. Promulguée depuis 8 ans, cette loi reste cependant méconnue des personnes concernées. Le Point focal travaille donc dans la sensibilisation auprès des populations clés, des magistrats (en leur qualité d’acteurs de la justice), des officiers de Police Judiciaire (OPJ) et des leaders religieux au respect des lois et des dispositions légales contenues dans la loi précitée.

sida-art2

Par ailleurs, le Point focal exerce ses missions dans le milieu carcéral en vue de sensibiliser les prisonniers au dépistage volontaire pour leur permettre l’accès aux soins médicaux. Il faut préciser que ce dernier bénéficie de l’appui financier du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

D’après Madame José Mujinga Bimancha, la prévention au VIH/Sida vaut mieux que la prise en charge, et que la prévention passe par l’information, la formation et la sensibilisation. En tant que telles, les femmes sont les plus concernées par cette lutte, car ce sont elles qui donnent la vie, a renchérit le Point focal droits humains VIH.

Il sied de noter que la loi n°08/011 du 14 juillet 2008 portant protection des droits des PVV et des personnes affectées, stipule en son article 42 : « est punie d’une peine de servitude pénale principale de un à six mois et d’une amende de cinquante à cent milles francs congolais ou de l’une de ces peines seulement, toute personne coupable de stigmatisation ou de discrimination à l’endroit d’une personne vivant avec le VIH/Sida et des personnes affectées. Lorsque le coupable est une personne morale, elle est punie d’une amende minimale égale au triple du montant prévu à l’alinéa précédent ».

Quant à la confidentialité des résultats de dépistage volontaire du VIH/Sida, elle est consacrée par la même loi en son article 40. Ce qui prouve à suffisance que la RDC a fourni beaucoup d’efforts dans la lutte contre le VIH/Sida, même si beaucoup reste encore à faire, comme l’a indiqué le Ministre de la Justice et Droits humains Alexis Tambwa Mwamba.

Ferra NTUMBA K.

Please follow and like us:
0

?>