Le comité de coordination aux frontières en mission d’évaluation de l’ordre opérationnel

Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage. C’est le cas de le dire avec Pierrette Mbombo Mukadi qui vient de séjourner dans la province douanière du Katanga. Etablir un diagnostic objectif quant à l’évaluation de l’ordre opérationnel, cette disposition légale prise par le chef de l’Etat afin de limiter à 6 le nombre des services opérant dans les frontières et ainsi lutter contre les tracasseries, c’est en tout cas l’objet de la mission du Directeur de la Brigade douanière et lutte contre la fraude de la DGDA. Pierrette Mbombo Mukadi était à la tête d’une délégation composée des représentants de la Direction Générale de Migration DGM,  de l’Office congolais de contrôle OCC, de la Régie des voies aériennes RVA, du Programme national de l’hygiène aux frontières, de la quarantaine végétale et animale ainsi que de deux autres services opérant sous couvert.

Comme en pareille circonstance, la délégation a commencé par présenter ses civilités au Gouverneur de la Province du Haut-Katanga qui est le président du Comité provincial de l’ordre opérationnel. Pande Kapopo en a profité pour inviter toutes les parties en présence de faire leur travail dans le respect des textes en vigueur au risque de tomber sous le coup de la loi.

Le poste frontalier de Kasumbalesa a constitué la première étape de cette mission. La délégation a pu se rendre compte de visu de l’effectivité de l’ordre opérationnel. De kasumbalesa frontière à Kasumbalesa whisky en passant par la piétonnière ainsi que ce site appelé communément bilanga à traduire en français « champs », un site favorisant toutes formes de contrebande et de fraude, la délégation a ainsi touché du doigt les réalités de terrain, susceptibles tout de même de mettre à mal l’ordre opérationnel tel que voulu par le chef de l’Etat joseph Kabila Kabange. La visite a laissé place à une longue réunion d’évaluation au cours de laquelle ont été épinglées les véritables problématiques qui entravent la bonne exécution de l’ordre opérationnel malgré la satisfaction qui se lisait sur les visages des membres de la délégation concernés.

Ces difficultés sont d’ordre logistique. Il s’agit notamment de l’étroitesse de la route Lubumbashi-Kasumbalesa. A ce propos, le Gouverneur du Haut-Katanga est en pourparlers avec une société chinoise pour l’agrandissement de cette route parsemée des nids de poules. La faible capacité d’accueil du parking souvent à la base de l’engorgement dans ce coin de la République, le manque des matériels de sécurité en l’occurrence les véhicules anti-incendie pour faire face aux sinistres ainsi que des ambulances, sont autant des problèmes répertoriés par l’équipe en mission. A cela, il faut ajouter la lenteur dans la construction du mur devant séparer la RDC de la Zambie, la confusion entre les bureaux et les maisons des privés et la non dotation des uniformes pour les services non apparents œuvrant aux frontières. A ce jour, seule la douane s’est acquittée de cette exigence.

Le bien-être des douaniers affectés à ce poste frontalier est aussi une préoccupation majeure pour la haute direction de la DGDA, surtout par rapport à la recommandation relative à la sédentarisation des agents commis aux frontières. Voilà pourquoi, malgré la canicule, Pierrette Mbombo Mukadi n’a pas hésité un seul instant à visiter les différentes résidences des douaniers en affectation à Kasumbalesa. Le constat est amer. Ces logements pour la plupart ne sont pas à la hauteur du douanier. En plus, il suffit d’une petite pluie pour voir ces maisons tout simplement être inondées.

L’infatigable Pierrette Mbombo et sa délégation toujours aussi déterminée se sont rendues le mardi 2 avril à l’aéroport de la Loano pour la même finalité. C’est Madame Marie Omanga, commandant de ce site aéroportuaire qui a fait visiter à ces hôtes les différents points d’accès tant au départ qu’à l’arrivée de la ville de Lubumbashi. Comme à Kinshasa, l’aéroport de la Loano est aussi doté des caméras de détection de cas de fièvre, ceci pour prévenir des cas d’épidémies.

 

Selon le constat, l’ordre opérationnel rencontre d’énormes difficultés notamment l’immixtion des autres services non habilités dans le travail réalisé dans ce cadre. Une réunion a suivi la tournée sur le terrain, tournée qui a conduit la délégation même dans les entrepôts de la douane congolaise qui ne remplissent pas non plus les conditions requises.

Amélioration du climat des affaires oblige, la délégation ne s’est pas seulement contentée des rapports reçus à chaud, elle est allée à la rencontre des opérateurs économiques, membres de la FEC. Ceux-ci n’ont pas manqué de confirmer des cas des tracasseries, arrestations et autres saisies arbitraires des marchandises de fois en procédure d’urgence par des services non habilités.

Le même jour, la délégation a clôturé sa mission par une autre réunion d’évaluation sans complaisance qui a accouché des recommandations pour pallier aux difficultés relevées ici et là dans l’exécution de l’ordre opérationnel. Il s’agit entre autres de l’aménagement d’un port sec et l’élargissement du parking de Kasumbalesa pour la gestion rationnelle des flux de camions. Somme toute, la délégation a invité la population à dénoncer tout cas de fraude et surtout sanctionner les fauteurs de troubles. Mais au-delà, la vulgarisation de l’ordre opérationnel reste une nécessité.

Rosette MAMBA

Please follow and like us:
0

?>