La femme douanière célébrée au centre « Reine de la paix »

« La femme génératrice de la vie est un être multidimensionnel. Elle n’est pas à célébrer en un mois ou en une année, mais plutôt chaque jour. Car chaque jour qui passe est une vie et c’est par elle qu’arrive la vie sur terre ». C’est en substance ce qu’a déclaré Pierrette MBOMBO, Présidente des Femmes Douanières de la RDC et Point focal genre de la DGDA, dans son mot de bienvenu à l’occasion de la clôture du mois de mars dédié à la femme. Une façon pour la Direction Générale des Douanes et Accises (DGDA) à travers son staff dirigeant de manifester son engagement à faire de la parité une réalité à la DGDA. L’activité a eu lieu le 31 mars dernier dans la salle de conférence du centre Reine de la paix.

Madame Pierrette MBOMBO, revenant sur le thème de cette année en marge de la journée internationale de la femme, a relevé que la parité 50-50 et le travail décent dans la paix et dans l’équité sont les mots clés que doivent s’approprier la femme congolaise afin de réussir le combat qu’elle mène depuis la nuit de temps aux côtés de son conjoint, ami, partenaire homme. Malgré les efforts consentis par la haute hiérarchie de la DGDA pour promouvoir la femme douanière, a t-elle poursuivi, cette dernière a encore du chemin à parcourir pour parvenir à la parité 50-50. Elle compte sur l’appui des autorités de la DGDA pour arriver à cet objectif.

dgda art2

Cependant, le Point focal genre à la DGDA pense que la femme qui a fait ses preuves dans l’exercice de ses fonctions mérite un renforcement des capacités susceptible de mettre en exergue ses atouts afin d’atteindre cette parité 50-50. D’où la tenue de cette session de renforcement des capacités à l’intention des femmes douanières sous le thème : « douane au féminin, unies, nous sommes plus fortes ! ».

En outre, la Présidente des Femmes douanières de la RDC a affirmé que les promotions et les mises en place au sein de la DGDA doivent tenir compte des sacrifices consentis par les femmes de cette régie financière, qui ne doivent pas se contenter des fonctions de seconde zone, d’autant plus que la femme douanière est non seulement professionnelle, respectueuse des textes mais aussi et surtout une mobilisatrice honnête des recettes. Il n’y a donc pas de raison de la sous-estimer ou de sous-estimer ses capacités. A en croire Madame MBOMBO, plus il y aura des femmes dans les postes de commandement, plus les recettes seront maximisées.

dgda art3

Toutefois, la Directrice de la Brigade Douanière et Lutte contre la Fraude a attiré l’attention de ses collègues en leur disant qu’une promotion doit se mériter, doit être le fruit de dur labeur. Ce, dans le respect des textes qui régissent la douane. La femme douanière doit multiplier les efforts, car rien ne lui sera donné sur un plateau d’or. Par ailleurs, le Point focal genre a exhorté les femmes douanières à se munir d’un arsenal juridique national et international qui promeut la parité. Elle a également remercié le Directeur général adjoint de la DGDA, Jean-Baptiste NKONGOLO KABILA, qui fait office de Directeur général ad intérim par ricochet tout le comité de gestion dirigé par Déo RUGWIZA MAGERA empêché, pour leur soutien indéfectible à la femme douanière avant d’appeler cette dernière à éviter tout comportement pouvant servir aux détracteurs de la parité, ceux-ci étant encore nombreux, a t-elle indiqué. Pour sa part, Jean-Baptiste NKONGOLO a encouragé les femmes douanières à persévérer dans la mobilisation des recettes afin de reconstruire la République Démocratique du Congo.

Après les exposés avec s la formatrice interne Mme NZATI qui a parlé de déclaration en douane, Me Pélagie EBEKA qui a relevé les innovations dans le nouveau code de la famille, Me Belinda LUNTADILA qui pour sa part a épinglé six innovations contenues dans le nouveau code de travail et Mme Emilie ZOLA qui a parlé de l ‘évolution de la femme congolaise, s’en est suivi la cérémonie de clôture avec le DGA en charge des questions techniques Simon-Urbain NZUKA MAPENGO. Selon lui, la femme douanière doit se serrer les coudes avec son collègue homme pour avoir comme thème « Douane Congolaise, unis nous sommes forts ». Matière à réflexion pour les douanières qui ne manqueront pas d’intégrer dans leur démarche cette donne.

Ferha NTUMBA

Please follow and like us:
0

?>