Hervé MBOTAYIKA : toujours prêt à rendre belle les femmes par le maquillage

C’est un garçon chaleureux, calme, extraverti et de surcroît chrétien que nous avons découvert lors de cette interview. En plus d’avoir toutes ces qualités que tout parent voudrait retrouver en ses enfants, ce jeune homme plein de talent excelle dans l’art du maquillage. Tout ce qui entoure la beauté, la mode, l’élégance, il en fait son affaire. Il veut relever le niveau de la mode, de la beauté en RDC en organisant des événements culturels à l’instar de Congo fashion Week et Kinshasa Fashion week. Ce qui n’atténue pas non plus sa passion pour la littérature.

Hervé Mbotayika Luvumbu puisque c’est de lui qu’il s’agit, est gradué en Journalisme. Actuellement, il est en 1ère année de Licence en Communication sociale. Il avoue tout de même avoir longtemps hésité entre la communication des entreprises et l’option pour laquelle il a finalement optée.

Né à Kinshasa le 19 mai 1985, Hervé Mbotayika est 5ème d’une famille nombreuse. il est fils de Luvumbu Mbotayika Rolly, juriste de formation et enseignant dans diverses institutions supérieures de la capitale congolaise. Sa mère, Gabrielle Etumba, est une housewife confirmée et très encrée dans son rôle de mère et épouse, prête à se battre pour assurer un avenir radieux à ses enfants. C’est grâce à ses parents si compréhensifs que ce jeune homme plein d’avenir a pu parfaire son art. Au départ, ils le prenaient à la rigolade tant que ce métier n’interférait pas à ses études.

Le défi du maquillage pour Hervé Mbotayika

Hervé avoue qu’il a dû se battre contre lui-même avant de laisser éclore ce talent qui s’est révélé à l’issue d’une émission de mode. Comme un défi, il s’est engagé à maquiller ses sœurs en reprenant exactement un make up professionnel vu dans cette fameuse émission de mode. Le pari a été gagné ce jour là et depuis lors, non seulement les sœurs Mbotayika, mais également leur maman ont profité secrètement de la touche particulière de leur artiste personnel avec promesse de ne pas dévoiler l’identité du mystérieux maquilleur.

C’est lors de la pré-dot de Stephie que certains convives, en tout cas les plus proches de la famille qui ont eu accès à l’antichambre de la mariée, lors de son make up, qui se sont rendus compte que les sœurs Mbotayika avaient un joyau qu’elles gardaient pour elles seules. Dès lors, toutes les voisines et copines ont sollicité des séances privées de maquillage et de relooking.

« Des encouragements sont venus de partout et cela m’a permis d’évoluer enfin librement, de perfectionner mon talent et bien évidemment d’arrondir les fins du mois », raconte Hervé avant de dévoiler que le véritable frein était l’œil des autres. « Bien souvent, les hommes qui s’intéressent à ce secteur réputé féminin se butent aux sévères critiques négatives surtout par rapport aux nombreuses tares qui caractérisent le domaine : prostitution, homosexualité, anorexie… C’est au regard de tous ces facteurs que je faisais ce travail rien que pour les proches», a-t-il ajouté.

Après ces quelques marchés qui lui ont aussi rapporté un peu d’argent, Hervé commence à investir en matériels appropriés, à s’abonner à des chaines You tube et autres blogs spécialisés dans la mode et le maquillage. Petit à petit, il découvre les secrets les mieux gardés des maquilleurs professionnels. Sculpter, redessiner, modeler et révéler la beauté cachée en une femme, c’est tout ce qu’Hervé est capable de faire, voire plus, mettre en valeur une femme et l’affiner.

« Cela m’a inspiré. Avec Jamine, Lydia et Jennifer, nous avons créé une page facebook consacrée à un concept particulier, ‘’le beauty day’’. En d’autres termes, il s’agit d’une journée de chouchoutage, relooking et shooting. A ce jour, nous avons une plateforme dont la première édition a eu lieu le 4 février 2016 et la prochaine est prévue le 10 mars 2017 ».

L’activité consiste à louer un studio pour y maquiller et reloooker toutes celles qui le désirent avec possibilité de shooting. Pour sa réussite, un matraquage en ligne est assuré durant des mois. Un thème à dévoiler dans les jours à venir, plus d’accessoires à louer et à vendre, telles sont les particularités de l’édition de cette année. A la question de savoir à quel public est déstiné cette activité, Hervé évoque les jeunes dames qui veulent jouer aux stars un jour pour changer un peu, pourquoi pas les ambitieuses qui veulent acquérir plus d’assurance pour se lancer dans le mannequinat, un monde fait des préjugés et où les femmes noires n’ont que peu de victoires.

Qu’à cela ne tienne, le «  beauty day » est l’un des projets qui lui tiennent à cœur en plus de son ambition de monter un magazine audiovisuel qui sera le déclic pour la création d’une classe des journalistes, critiques de mode qui manque de façon criante à la presse congolaise. « Il s’agit pour moi de lier mes études de journalisme plutôt de m’en servir pour exprimer ma passion sans être considéré comme atypique. Je suis un garçon normal dans tous les sens du terme mais qui a peut-être été emporté par le vent d’un domaine autrefois réservé à la gente féminine ». S’il est de notoriété que les meilleurs chefs se recrutent parmi les hommes, il est vrai aujourd’hui que de plus en plus, des hommes s’intéressent voire se distinguent dans d’autres domaines comme la coiffure, la mode, bref dans tous les métiers liés à la beauté.

Une notion relative certes, mais à vrai dire, qui est plus indiqué qu’un homme pour juger de la finesse et de la beauté d’une femme ? Au-delà, il s’agit de procurer à celles qui n’ont pas confiance en elles un peu plus d’assurance par le maquillage. D’ailleurs, la définition de cet art de notre star en herbe en dit long, c’est simplement l’art d’embellir la femme évidemment. Qui dit mieux !

Rosette MAMBA

Please follow and like us:
0

?>