En séjour de travail à Lubumbashi : Pierrette Mbombo honore l’unité genre de la DGDA/ Katanga

C’est déjà une tradition à la DGDA. Les femmes douanières, au-delà de la célébration, profitent du mois de Mars leur dédié pour organiser des activités de renforcement des capacités, une sorte de rappel des notions essentielles et pertinentes pour le bon exercice de leur métier. Cette année 2018, elles n’ont pas dérogé à la règle. Si des manifestations du genre ont eu lieu partout en RDC, c’est l’unité genre du Katanga qui a été honoré.

En effet, la présidente nationale de l’unité genre de la DGDA a cette fois-ci choisi de présider toutes les activités relatives au mois de la femme de la région douanière du Katanga. Question de stimuler le même élan d’éveil de conscience et d’activisme pour une mobilisation plus accrue des recettes de l’Etat par la gente féminine de la DGDA-Katanga à l’instar de leurs consœurs de la ville province de Kinshasa.

Jeudi 29 mars 2018, à sa descente d’avion à l’aéroport de la Loano, Pierrette Mbombo Mukadi, directeur de la brigade douanière et lutte contre la fraude, est agréablement surprise par l’accueil chaleureux qui lui a été réservé ainsi qu’à la délégation qui l’accompagnait.

Dans sa gibecière, un programme de 2 jours d’intenses activités exclusivement féminines.

Tout commence par la session de remise à niveau axé sur la prise en charge et la conduite des marchandises en douane ainsi que les innovations apportées dans ce domaine. C’est dans la salle arupe que près de 200 femmes douanières se sont retrouvées pour cette session voulue comme rappel et partage d’expériences. Avec elles, quelques collègues masculins en signe de soutien. Mme Bénie Mubenisha, sous-directeur, a attiré l’attention sur une bonne prise en charge des marchandises, facteur déterminant dans la maximisation des recettes. Elle a aussi insisté sur la vigilance et le sérieux qui doivent caractériser la douanière dans la réalisation de ces opérations. Enfin, elle a rappelé quelques formules nécessaires dans la détermination de la valeur des marchandises.

Quant à la deuxième oratrice, l’inspecteur Lydie NZATI, elle a souligné certaines subtilités plutôt le flair que doit avoir absolument à l’esprit la femme douanière pour déjouer la fraude. Elle est revenue sur des cases déterminantes dans une déclaration, susceptibles de permettre à la femme douanière d’être perspicace et efficace pour déceler des cas de tricherie.

L’autre orateur, Erick Nzongia venu parler du suivi électronique des cargaisons. Ce système de surveillance en temps réel qui gère et sécurise les marchandises en transit par la mise en place des scellés dans des conteneurs. Tous ces exposés ont été suivis par un échange fructueux et enrichissant pour toutes les parties prenantes. Une séance des photos de famille a immortalisé cette première journée.

C’est dans le somptueux restaurant Casa Mia dans la commune de Lubumbashi qu’a eu lieu le samedi 31 mars 2018 la cérémonie de clôture du mois de la femme. Cérémonie grandiose marquée par plusieurs interventions.

La présidente de l’unité genre Katanga Mamie Ngoy s’est réjoui de la présence de Mme Mbombo qui selon elle est un modèle de par son parcours. Du grade de vérificateur, elle a gravi les échelons jusqu’au rang de directeur. Ce modèle doit inspirer plus d’une douanière, a-t-elle conclu.

Pour sa part, le président de la délégation syndicale de la DGDA-Katanga a loué l’initiative des douanières de se former régulièrement pour bien remplir leurs missions. Il en a profité pour exprimer son engagement à les accompagner dans leur quête de parité et d’épanouissement professionnel.

Avant le mot de clôture du directeur provincial de la DGDA-Katanga Bernard Bosele Pilipili qui a participé à toutes ces activités, Mme Mbombo a rappelé les différents thèmes choisis cette année pour célébrer la femme en l’occurrence pour le thème international : l’heure est venue, les activistes ruraux et urbains transforment la vie des femmes ».

« Investir dans la force productrice de la femme rurale, priorité de la RDC », tel est le thème national.

Pour Pierrette Mbombo, La célébration du mois de la femme constitue l’opportunité de transformer cette dynamique en action, de favoriser l’autonomisation des femmes dans tous les contextes-ruraux et urbains et de célébrer les activistes qui travaillent sans relâche pour réaliser leur plein potentiel. En réalité pour elle, les douanières sont aussi des activistes.

Elle a enfin déclaré que   la femme douanière est non seulement intelligente, professionnelle, respectueuse des textes mais aussi et surtout mobilisatrice honnête des recettes de l’Etat. Il n’y a donc pas des raisons de sous-estimer ses capacités et ses compétences, a-t-elle renchéri. Des conseils, elle en a prodigué à ses hôtesses notamment de poser chaque jour qui passe des actes qui puissent faciliter la mise en œuvre de la parité sachant bien que tout mauvais comportement qui serait relevé dans le chef d’une femme douanière constituerait un argument en faveur des détracteurs de la parité qui sont encore malheureusement nombreux à détruire son image de femme modèle et intègre. Et de poursuivre : «  faisons tout pour ne pas leur donner de prétextes en défaveur de la parité. Ayons toujours à l’esprit la devise chère à notre Directeur Général Deo RUGWIZA MAGERA, devise que ses deux adjoints en l’occurrence Jean-Baptiste NKONGOLO KABILA et Simon-Urbain NZUKA MAPENGO se sont appropriés à savoir : « Toujours davantage, aujourd’hui plus que hier et demain plus qu’aujourd’hui. »

Puisqu’il fallait lier l’utile à l’agréable, les douanières de Lubumbashi se sont surpassées pour que la fête soit à la hauteur des attentes.

L’occasion propice pour procéder à la présentation du comité élu il y a deux ans. Ce qui a coïncidé avec son anniversaire. D’où le gâteau partagé en toute fraternité. Le tout dans une ambiance bon enfant.

 Rosette MAMBA 

Please follow and like us:
0

?>