Développement durable : Le CODED en matinée scientifique sur les ODD 8 et 16

Entrés en vigueur le 1er janvier 2016 en remplacement des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), les Objectifs de Développement Durable (ODD) doivent se réaliser jusqu’au 31 décembre 2030. Mais qu’est-ce qui est fait sur le terrain par les Etats pour la réalisation de ces ODD? Telle est la grande question à la quelle les pays membres des Nations Unies doivent répondre à l’horizon 2030.

Les 17 ODD sont déclinés en 169 cibles, dont le premier est d’éliminer la pauvreté sous toutes ses formes. D’autres concernent la santé, l’accès de tous à l’éducation, la réduction des inégalités, la promotion des femmes et la bonne gouvernance. En marge de ces derniers, les pays promettent aussi de lutter contre le changement climatique. Tous les objectifs intègrent la protection de l’environnement et s’appliqueront aussi aux pays développés, la société civile ayant été associée à leur élaboration.

C’est dans cette optique que certaines organisations de la société civile ont opté pour la vulgarisation des ODD pour permettre à la population et aux décideurs d’en pénétrer les méandres. Parmi ces structures, figure le Centre Congolais pour le Développement Durable (CODED) qui a organisé jeudi 7 décembre 2017, une matinée scientifique sur les instruments et mécanismes relatifs à la justice sociale, axée essentiellement sur les Objectifs 8 et 16 de développement durable.

« Promouvoir une croissance économique soutenue, le plein emploi productif et un travail décent pour tous, et promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques, l’accès de tous à la justice et des institutions efficaces », tel est le contenu des Objectif 8 et 16 du développement durable, autour desquels ont tourné les échanges au cours de cette matinée scientifique. A en croire Me Erick KASONGO, Coordonnateur du CODED, les pays africains ont besoin d’avancer dans la voie de la paix, de la justice et des institutions fortes. Mais tout autant, avancer dans la promotion de la croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent. Ce, pour le développement durable de tous les pays. Me Erick KASONGO a soutenu qu’il est évident que l’Etat de droit et le développement sont étroitement liés et se renforcent mutuellement, ce qui les rend essentiels pour le développement durable au niveau national et international.

Au cours de cette matinée de réflexion, quatre présentations ont été faites par Me Willy WENGA, Me Victorine NSIMBA et Me Lambert LISIKA, avocats de leur état, ainsi que le syndicaliste Dieudonné KANDA. Tous ont abordé les notions liées aux instruments et mécanismes relatifs à la justice sociale. Pour Me Willy WENGA, la justice sociale est une question de volonté politique. Et promouvoir la justice sociale, c’est lutter contre les inégalités entre les individus, inégalités ayant comme source la discrimination. La République doit veiller à ce que les lois tiennent compte des engagements pris sur le plan international et éviter des lois personnelles. Pour cela, a ajouté l’orateur, les lois du pays doivent êtres promotrices, conservatrices et préventives pour la justice sociale. Ainsi, pour cet avocat du barreau de Kinshasa Gombe, la justice sociale est une démarche, un combat, un idéal à atteindre. Il n’y a pas de justice sociale sans état de droit, il n’y a pas non plus d’état de droit sans démocratie et il n’y a pas de démocratie sans justice sociale, a insisté Me Willy WENGA

Ces 17 objectifs de développement durable visent à l’horizon 2030, à assurer la paix et la prospérité pour tous les peuples et la planète. Ils offrent donc une occasion sans précédent de réunir les pays et les peuples pour choisir et emprunter de nouvelles voies afin d’aller de l’avant et d’améliorer la vue des populations partout à travers le monde. C’est aussi le sens qu’il faut donner à l’intervention de M. Dieudonné KANDA, syndicaliste de son état, venu partager son expérience avec le corps d’avocats réunis au cours de cette matinée scientifique.

Les objectifs 8 et 16 de la liste des ces 17 ODD sont axés sur les instruments et mécanismes relatifs à la justice sociale doivent être vulgarisés pour renforcer les institutions et promouvoir la croissance et le travail décent en République Démocratique du Congo, ont soutenu Me Lambert LISIKA et Victorine NSIMBA, Secrétaire général et Secrétaire général adjoint du CODED. La justice sociale étant un vœu à l’amélioration des conditions de vie des hommes et surtout de ceux du tiers monde.

Cette matinée scientifique a été l’occasion pour les membres du CODED, de lancer officiellement la Cellule Juridique pour les Causes d’Intérêt Public (JURI-CIP) pour faire le travail de lobbying en de la lutte contre les inégalités et la promotion de la justice sociale et du travail décent en République Démocratique du Congo.

Ruben MAYONI

Please follow and like us:
0

?>