Bonn : la COP23 s’est ouverte sous le signe de grands défis

Ouverte le lundi 6 novembre 2017 à Bonn en Allemagne, plusieurs enjeux et défis attendent la 23ème Conférence des Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (COP23/CCNUCC). C’est d’abord le retrait des Etats-Unis d’Amérique, pollueur historique, de l’Accord de Paris sur le climat.

Ces assises de l’ONU sur le changement climatique, sont également marquées par la concentration record de dioxyde de carbone (CO2), la montée des eaux, le recul des glaces toujours plus alarmant. Ces phénomènes constituent des indicateurs clés du réchauffement planétaire qui soulignent l’urgence d’agir. Lors de l’accord de Paris, les pays de sont engagés chacun de réduire ses émissions, conformément à la contribution nationale déterminée de chaque état. Adopté fin 2015, entré en vigueur moins d’un an plus tard et à ce jour ratifié par 168 pays, l’Accord de Paris impose un cadre à la lutte contre le réchauffement climatique, sans toutefois fixer un objectif contraignant décliné par pays.

Pendant ce temps, le débat géopolitique d’une planète déréglée est relancé. Qu’arrivera-t-il à la planète avec les politiques de Trump, de Poutine et de la Chine ? Comment l’épuisement des océans alimente-t-il la piraterie maritime ? Comment le réchauffement de l’arctique est-il exploité par certains intérêts tandis qu’il constitue une immense catastrophe pour des milliards d’humains ? Il est sans nul doute que les promesses de l’objectif de 2°C selon l’ONU sont loin d’être atteintes. L’écart est « catastrophique » entre les promesses nationales de limitation des émissions de gaz à effet de serre et les réductions qu’il faudrait opérer pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2°C, comme l’a prévenu mardi 31 octobre, le responsable environnement de l’ONU.

Les experts affirment néanmoins que le changement climatique a déjà un impact « clair » sur notre santé. Coups de chaleur de plus en plus remarquable dont l’année 2017 a été la plus chaude enregistrée hors phénomène El-Ninho. Perte de productivité, expansion des maladies transmises par les moustiques… « Le changement climatique a déjà un impact concret sur notre santé », a averti un rapport publié mardi 31 octobre, et qui invite à « accélérer la transition vers une société bas carbone ». Dans le même ordre d’idées, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), a averti et mis en garde contre « une hausse dangereuse de la température », tout en évoquant un nouveau record de concentration de CO2 dans l’atmosphère, et dont le réchauffement climatique a atteint un niveau record en 2016. C’est donc dans cette ambiance d’incertitudes, de défis et d’enjeux climatiques que se tiennent jusqu’au 17 novembre prochain, les négociations climatiques de l’ONU à Bonn.

 Ruben MAYONI

Please follow and like us:
0

?>